Vioxx ® : le laboratoire Merck condamné

Le géant pharmaceutique Merck a été condamné le 20 août 2005 par un tribunal du Texas à verser une indemnité record de 252 millions de dollars à la veuve d’un utilisateur du médicament anti-inflammatoire Vioxx ®. Cette amende record pourrait être la première d’une longue série, puisque rien qu’aux Etats-Unis, quelques 3 800 plaintes auraient été déposées. Bien que le laboratoire ait fait appel de cette décision, des associations de plaignants se forment dans d’autres pays dont le Royaume-Uni ou la France.
Le laboratoire avait arrêté la commercialisation de son médicament vedette contre les douleurs rhumatismales en septembre 2004 dans le monde entier après avoir reconnu une augmentation du risque d’accidents cardiovasculaires (infarctus du myocarde et accidents vasculaires cérébraux) après une prise prolongée du médicament (au-delà de 18 mois de traitement continu et à la posologie maximale autorisée en France). Lancé en 1999, le Vioxx ® aurait été utilisé par vingt millions de personnes dans le monde et aurait pu causer le décès de 27 000 d’entre eux.
En France, seuls deux médicaments de la même classe thérapeutique le parecoxib (Dynastat ®) et le celecoxib (Celebrex ®) sont commercialisés. En juin 2005, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) rappelait que « le rapport bénéfice/risque de cette famille d’anti-inflammatoires demeure positif, mais leur utilisation est contre-indiquée non seulement chez les patients présentant une maladie cardiaque ou cérébro-vasculaire mais aussi dorénavant chez les patients atteints d’une maladie artérielle périphérique ».
Comme pour tous les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, le traitement doit être administré à la posologie minimale efficace, sur la durée la plus courte possible.Source : Communiqués de Merck, de l’AfssapsClick Here: Maori All Blacks Store