Radiothérapie à Epinal : le chef de service révoqué

Entre 1987 et 2006, plusieurs milliers de personnes traitées par radiothérapie ont été victimes de surriradiation au centre hospitalier Jean Monnet d’Epinal. Suite à ces erreurs, Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, a décidé de prendre des sanctions administratives à l’encontre des deux praticiens hospitaliers et radiothérapeutes de cet établissement.

La Ministre a décidé de révoquer l’un des praticiens et a prononcé un blâme à l’encontre de l’autre. Cette décision a été prise après avis du conseil de discipline des praticiens hospitaliers. Selon le communiqué du Ministère, “L’usage de la révocation, qui constitue la sanction disciplinaire la plus lourde à la disposition de la ministre, est à la hauteur des manquements graves aux obligations d’information et de suivi constatés pour l’un des radiothérapeutes. Le blâme sanctionne le suivi inadapté des patients par l’autre praticien“.
Sur l’antenne de RTL, la Ministre de la santé a tenu à réitérer son soutien le plus total envers les victimes et leurs familles et a déclaré qu’elle ne comptait pas s’en tenir à ces sanctions et que les investigations se poursuivaient.Source : Communiqué du Ministère de la santé – mai 2008