Pilule du lendemain : la France rassure

Alors que fin janvier, les autorités sanitaires britanniquesévoquaient le risque de grossesse extra-utérinelié à la prise d’une contraceptiond’urgence, l’Agence Française deSécurité Sanitaire des Produits de Santé(Afssaps) se veut rassurante.
En Angleterre, sur un total de 200 grossesses nondésirées, 12 cas de grossesses extra-utérinesont été notifiés au cours des 2dernières années après échecd’une contraception d’urgence par levonorgestrel(Norlevo® et Vikela®).
En France depuis 1999, environ 3 millions de conditionnements ontété vendus depuis la commercialisation de cesmédicaments. Pendant cette période, 29 grossesses nondésirées ont été signalées auxCentres Régionaux de Pharmacovigilance ou au laboratoire HRAPHARMA parmi lesquelles 8 grossesses extra-utérines.
Sachant que la fréquence estimée du taux de grossesseextra-utérine dans la population sans facteur de risqueassocié (antécédents de grossesseextra-utérine, salpingite,…) est de 1 %,l’Afssaps considère que “les donnéesdisponibles à ce jour sur la contraception progestatived’urgence ne permettent pas d’affirmer qu’elleest associée à une augmentation du risque degrossesse extra-utérine. A ce jour, ces informations neremettent pas en cause le rapport bénéfices/risquesdu recours à la contraception d’urgence“.
Utilisés dans les 24 H après un rapport sexuel nonprotégé, l’efficacité de ces produitsest de 95 %, soit 5 échecs pour 100 femmes traitées.L’efficacité de cette méthode diminue fortementaprès 24 H. L’efficacité après 72 Hn’est pas connue.
Par ailleurs, l’Afssaps rappelle que la contraceptiond’urgence ne doit être utilisée que defaçon exceptionnelle. En effet, elle ne permet pasd’éviter une grossesse dans tous les cas et elle nepeut remplacer une contraception régulière.
Source : Communiqué de l’Afssaps du11 février 2003Click Here: Bape Kid 1st Camo Ape Head rompers