Malformations congénitales : vers une meilleure prise en charge

Les malformations congénitales sont devenues une des causes majeures de mortalité infantile et de handicap dans les pays industrialisés. Des chercheurs se sont penchés sur leur survenue dans Paris.

Un registre existe où sont répertoriés les cas de malformations et d’anomalies chromosomiques dans la population parisienne. Ses objectifs sont multiples : avoir un regard sur l’existence d’agents mutagènes dans l’environnement pouvant provoquer une augmentation d’anomalies congénitales, évaluer l’efficacité des politiques de dépistage prénatal et faire avancer les recherches sur ces malformations.
La ville de Paris connaît environ 38 000 naissances par an : ainsi, entre 1981 et 2005, 932 830 naissances ont été suivies, et 30 150 cas de malformations congénitales constatées, soit 3,3 % des naissances. Les auteurs se sont penchés plus particulièrement sur les cas de trisomie 21 et de malformations cardiaques. Le diagnostic prénatal de la trisomie 21 chez les femmes de moins de 38 ans a augmenté d’un facteur 9 en 25 ans : cela montre une bonne politique de dépistage de ces anomalies. Concernant les malformations cardiaques, qui représentent environ 1% des naissances, la mortalité précoce a été divisée par 3 entre 1983-1988 et 1995-2000 : les politiques de dépistage prénatal accru ont réduit le nombre décès pour cause de cardiopathie congénitale.
A terme, ces observations permettraient de “détecter le plus rapidement possible un éventuel problème environnemental (ex : médicament ou accident industriel) qui toucherait la population des femmes enceintes.Source : Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire – juillet 2008Click Here: Putters