Les bactéries fourmillent sur votre ordi !

Encore le dernier à quitter le boulot ? Vous n’êtes pourtant pas seul… Des milliers de microbes fourmillent sur votre clavier d’ordinateur, votre téléphone ou votre souris. Selon une étude américaine, votre bureau contiendrait 400 fois plus de germes que la cuvette des toilettes ! Info ou intox ?

Mis à part votre sens très personnel du rangement,vous pensez que votre bureau est si propre que vous pourriez mangerdessus sans aucun risque. Et bien voilà une étudeaméricaine qui va très certainement vous faireréfléchir… Zoom sur un bestiaire peufréquentable avec le Dr Marie-Cécile Bayeux-Dunglas,conseiller médical à l’Institut national de rechercheet de sécurité (INRS) (1).Le bureau, un incubateur à bactéries
Selon le microbiologiste Charles Gerba, votre plan de travailcompte en moyenne 400 fois plus de bactéries que la cuvettedes toilettes !
« Pour les bactéries, les tables de travail sontréellement des cafétérias de luxe »déclare le Pr. Gerba « Elles peuvent festoyer toute lajournée depuis le petit-déjeuner au déjeuneret même le dîner ». L’équipe du Pr. Gerbaestime qu’à moins que votre bureau ne soit nettoyé etdésinfecté durant la journée, lesconcentrations bactériennes augmentent de plus en plus, avecdes pics lors du déjeuner.
Click Here: Cardiff Blues StoreFinancée par une compagnie productrice de lingettesdésinfectantes, cette étude (2) aétudié différents éléments deslieux de travail les plus communs dans quatre grandes villesaméricaines : New York, San Francisco, Tampa et Tucson. Autotal, des échantillons bactériens ontété collectés sur 12 surfacesdifférentes. Et les résultats moyens de ces 7 000analyses ont de quoi faire frissonner les amateurs de gastronomiedevant l’ordinateur…Le clavier d’ordinateur plus sale qu’une cuvette ?
Au palmarès des nids à microbes, letéléphone tient la tête devant le bureau, lerobinet d’eau courante, la porte du four à micro-ondes et leclavier d’ordinateur. Surprise, la cuvette des toilettesprésentait la moins importante concentrationbactérienne des 12 surfaces étudiées.
« Nous ne réfléchissons pas à deux foisquand nous décidons de manger au bureau, même si cetenvironnement contient 100 fois plus de bactéries qu’unetable de cuisine ou 400 fois plus que les toilettes. Sansnettoyage, une petite zone de votre bureau ou de votretéléphone peut contenir des millions debactéries dont certaines peuvent rendre malade »précise le Pr. Gerba.
Selon l’auteur, la population bactérienne des 12 surfacespourrait inclure des bactéries telles qu’Echerichia coli,Streptococcus, Salmonelle et staphylococcus aureus.

Surfacesétudiées Germespar pouce carré Germespar centimètre carré Combinétéléphonique 25 127 3 895 Table detravail 20 961 3 249 Clavierd’ordinateur 3 295 511 Sourisd’ordinateur 1 676 260 Fax 301 47 Photocopieur 69 11 Cuvettede toilettes 49 8

Résultats de l’étude conduite par le Pr. Gerba
En cas d’infections respiratoires, une toux ou unéternuement suffit à disperser les microbes età augmenter les risque de contamination de son entourage.Ainsi, certains virus de la grippe ou du rhume peuvent survivreplusieurs jours sur ces surfaces. Et avec le temps passé aubureau, les bactéries ont toutes les chances de vousréserver quelques mauvaises surprises. A moins que vous n’yprêtiez un minimum d’attention.
« Tout ce qui est touché par les mains est le pluscontaminé, ce qui prouve avant tout que les personnes ne selavent pas assez souvent les mains. Cependant, le raccourci selonlequel le clavier d’ordinateur est plus dangereux que la cuvettedes toilettes ne me semble pas judicieux. Nous sommes, dans notreenvironnement quotidien, entourés de germes dont la plupartne sont heureusement pas pathogènes (germes commensaux). Lacontamination des surfaces a été mesurée enflore totale, il s’agit probablement pour la très grandemajorité de germes commensaux » tempère le DrBayeux-Dunglas.« Une sale étude » ?
Comment contrôler la multiplication de bactéries quifont de votre bureau un dangereux zoo ? « Le moyen le plusefficace de tuer ces bactéries et de limiter lacontamination par des germes est de nettoyerrégulièrement votre poste de travail »suggère le Pr. Gerba. Bien évidemment, la compagniede lingettes qui finance l’étude a des produitsspécialement adaptés… mais plusieurs autresconseils vous permettront de limiter les risques de contamination:
– Nettoyer régulièrement votre lieu de travail. Celavous permettra de limiter le nombre de bactérie et de virusde votre environnement pour protéger votre santé;
– Prêter une attention particulière aux surfacesrégulièrement touchées, en particulieraprès le repas ;
– Protéger votre nez et votre bouche lorsque vouséternuez ou toussez ;
Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau etau savon, notamment après être allé auxtoilettes, avant les repas.Le Dr Bayeux-Dunglas estime qu’il serait excessif de vulgariser desmesures de nettoyage par des produits spécifiques selon desprocédures qui peuvent être nécessaires danscertains milieux notamment hospitaliers : « En voulantà tout prix stériliser des bureaux, on risqued’entraîner une sélection des germes les pluspathogènes, voire de créer des résistances auxmolécules utilisées ». Pour que leremède ne soit pas pire que le mal, elle recommande ainsi denettoyer régulièrement les surfaces de travail avecdes produits classiques et de respecter quelques mesuresd’hygiène élémentaires.David Bême
1 – Du risque toxique, physique et biologique au bien-êtrephysique et psychologique, l’INRS conduit des programmesd’études et recherches pour améliorer la santéet la sécurité de l’homme au travail. Ses principalesmissions sont ainsi la prévention des accidents du travailet des maladies professionnelles.
2 – Cette étude a été financée par leslingettes désinfectantes Clorox. Les détails sontaccessibles sur le site de la firme à l’adresse suivante :http://www.cloroxdisinfectingwipes.com/germ_study.html