Les antibiotiques, c'est (presque bientôt) plus automatique !

La grande campagne (“Les antibiotiques, c’est pas automatiques !“)menée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie depuis2002 semble porter ses fruits. Une enquête menéecourant décembre 2003 sur un échantillonreprésentatif de la population française de plus de18 ans montre clairement que les messages sont passés.Aujourd’hui, un français sur quatre reconnaît avoirchangé son attitude lorsqu’il consulte sonmédecin.A la question “Vous estimez-vous mieux informé concernant lanon-utilité des antibiotiques dans les maladies virales ?“,les français répondent oui à 68 % contre 48 %en avril 2003.En ce qui concerne les maladies où les antibiotiques nemarchent pas à coups sûrs, les français ontégalement fait de gros progrès. Aujourd’hui parexemple, 60 % d’entre eux savent que les antibiotiques ne serontpas efficaces sur toutes les angines.Enfin, concernant la résistance aux antibiotiques, 70 % desfrançais ont conscience qu’elle concerne lesbactéries et non l’organisme. Depuis le début de lacampagne, elle était faussement interprétéecomme une résistance de notre organisme à l’actiondes antibiotiques.Reste maintenant à mesurer l’impact de cette campagne surles prescriptions d’antibiotiques. La CNAM nous donne rendez-vousà la rentrée 2004 pour en dire plus ; le temps poureux de réaliser cette étude en corrigeant lesvariations épidémiques.Source : Rapport de la CNAM