Le premier steak conçu in vitro va être servi à Londres

Certains scientifiques y voient une manière de pallier à la consommation croissante de viande dans le monde. Le premier steak créé en laboratoire à partir de cellules souches de bœuf va être servi à Londres. Cette viande du futur coûte… près de 290000 euros !

Le tout premier steak de bœuf artificiel va être goûté à Londres.

Il pèse à peine plus de 140 g, et il coûte la modique somme de 290 000 euros. C’est le steak de bœuf de plus cher de l’histoire qui sera servi lundi 5 août à Londres devant un parterre de scientifiques. Un steak intégralement conçu en laboratoire, à partir de

cellules souches prélevées sur une carcasse de vache. Cette viande synthétique est constituée de 3 000 couches de cellules musculaires artificielles superposées,

comme relève le journal britannique The Independant.Les scientifiques à l’origine de ce projet pensent que la

viande synthétique pourra aider à pallier à la demande croissante de

viande de bœuf, de porc, d’agneau ou encore de poulet. En effet, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoit une consommation mondiale multipliée par deux d’ici 2050, notamment en raison des modification des habitudes alimentaires des pays en voie de développement.L’impact écologique de la

viande créée en laboratoire est également non négligeable. En effet, produire un seul kilo de

viande naturelle requiert les mêmes besoins que pour 10 kilos de nourriture végétale. Selon une étude menée par l’université d’Oxford en 2011, la

viande synthétique nécessite 99 % de surface de terres et entre 82 et 96 % d’eau en moins et rejette entre 78 et 95 % de

 gaz à effet de serre en moins. L’empreinte environnementale de la consommation de

viande s’en verrait considérablement restreinte.Comme le précise le professeur Mark Post, à la tête de ce groupe de recherche, il est possible d’ajouter à ces tissus musculaires artificiels du tissu graisseux, des nutriments et même d’en réduire le taux de graisse saturée. En bref, de créer des steaks exactement en fonction de la demande.Les chercheurs qui ont réussi à créer ce fameux pavé de boeuf éprouvette, premier d’une longue lignée, espèrent que leur réussite pourra aboutir à la vente de

viande artificielle dans nos supermarchés d’ici une dizaine d’années. Une réussite scientifique, certes. Mais pour ce qui est du goût de ce pavé, question légitime que se posent les amateurs de bons steaks, verdict le 5 août.Violaine BadieSource : The Independant : “Special report : In vitro beef, it’s the meat of the future“, 28 juillet 2013 (

article en ligne)