Grippe A : polémique autour des chiffres

Le virus de la grippe A circule en France et touche désormais plusieurs milliers de personnes chaque semaine. Mais combien exactement, si tant est que la précision soit importante, s’agissant d’une infection virale peu sévère ? La semaine dernière, il y aurait eu environ 5 000 cas de grippe A en France selon l’Institut de Veille sanitaire, l’InVS et 23 000 selon le réseau Grog. Pourquoi une telle différence ?

Le réseau des Grog, par le biais de généralistes, pédiatres, associations SOS médecin, surveille l’ensemble des infections respiratoires aiguës et effectue des prélèvements chez une partie des patients grippés. A partir des résultats de ces prélèvements, le Grog établit la proportion de grippe liées au virus A/H1N1. Pour la semaine dernière, Jean-Marie Bonnet, directeur du réseau des Grog, a annoncé depuis Bâle (où avait lieu une conférence de presse organisée par les laboratoires Roche, producteurs du Tamiflu ®), qu’il y avait 23 000 cas de grippe A/H1N1 du 24 au 30 août.L’InVS, quant à lui, utilise ces données du Grog et d’autres paramètres : ceux du réseau Sentinelles, des services d’urgences, du réseau Sos Médecins, des 2 centres nationaux de référence de la grippe. Pour la même période, l’InVS annonce 5 000 cas. Pourquoi cette différence de 400 % ? Estimation a minima de l’InVS par prudence, estimation maximale du Grog pour alerter la population ?En tout cas, comme le rappelle l’InVS dans un communiqué le 8 septembre, l’estimation est un “ordre de grandeur“ et ne relève donc pas d’une précision absolue. L’Institut souligne également que “le premier objectif de la surveillance est de fournir des informations sur la dynamique de l’épidémie“, afin d’ajuster les mesures de prévention et de contrôle : est-on en plein pic, en croissance, en décroissance du nombre de personnes touchées ?Que le chiffre soit de 5 000 ou de 20 000 cas, on est de toute façon encore loin des chiffres attendus en cas de flambée épidémique. Pour faire une comparaison, chaque année la grippe saisonnière touche en moyenne 2,5 millions de personnes, en 4 à 13 semaines. Au plus fort du pic, plus de 500 000 personnes peuvent être touchées par cette pathologie en une semaine ! Donc même si demain, le nouveau bulletin de l’InVS signale une augmentation du nombre de cas (se rapprochant des chiffres du Grog) et un franchissement du seuil épidémique (77 syndromes grippaux pour 100 000 habitants), il est probable que l’intensité de cette épidémie soit encore modérée.Quand le véritable pic va-t-il survenir, s’il survient ? Dans une semaine, 2, 3, 5, 10 ? Difficile à dire… En tout cas, cette circulation du virus A en augmentation doit inciter à poursuivre une vigilance proportionnée (gestes d’hygiène de bon sens, surveillance des cas groupés, en particulier en collectivités, etc.) afin, si possible, d’étaler le pic, ne serait-ce que pour éviter un engorgement des cabinets médicaux et une paralysie socio-économique du pays.Le tout en gardant à l’esprit que la grippe A n’est pas une maladie particulièrement grave justifiant l’anxiété généralisée ou la mise en place de mesures d’exceptions trop radicales.Sources : www.grog.org, InVS.sante.fr, 8 septembre 2009Click Here: Cheap FIJI Rugby Jersey