En France, 1 enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté

L’Unicef France publie aujourd’hui un rapport inquiétant sur les droits de l’enfant dans l’Hexagone. Dans ce document, l’institution interpelle le gouvernement sur les progrès urgents à réaliser notamment en matière d’éducation, de logement, de protection et de justice pour les enfants vivant sur le territoire français.

Selon un rapport de l'Unicef France, 31 000 enfants seraient sans logement en France et 9 000 vivraient dans des bidonvilles (crédit photo : Unicef France/ Jacques Monnin).

La France fait partie des pays les plus riches et les plus développés du monde et pourtant elle échoue sur beaucoup de points en ce qui concerne les droits de l’enfant. Alors que les experts  du Comité des droits de l’enfant de l’ONU étudie actuellement le cas de la France, l’Unicef France publie aujourd’hui le rapport “Chaque enfant compte. Partout, tout le temps“. Le dossier met en lumière les zones d’ombres de l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), ratifiée par la France.3 millions d’enfants sont pauvres en FranceCrise économique, inégalités sociales,… les enfants sont frappés de plein fouet par la pauvreté. Dans son rapport, l’Unicef dénombre 3 millions d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté en France, soit un enfant sur cinq et 440 000 de plus qu’en 2008. Conséquence directe de la pauvreté, l’absence de logement. Selon l’Unicef, 31 000 enfants seraient sans logement et 9 000 vivraient dans des bidonvilles.

Chaque année, 140 000 jeunes quittent le système éducatif sans diplômeEn 2013, la Refondation de l’Ecole de la République “réaffirmait le droit à l’éducation de tous les enfants“ tout en mettant en avant une école inclusive. Or, les chiffres de l’Unicef viennent contredire cette affirmation puisque 80 % des enfants autistes ne sont pas scolarisés, tout comme 20 000 enfants en situation de handicap. Quant au décrochage scolaire, il concerne 140 000 jeunes par an qui quittent l’école sans aucun diplôme. Les inégalités s’accentuent plaçant la France dans les derniers rangs européens en matière de performance et d’efficience du système scolaire.

Le glissement de la justice des mineurs vers celle des adultesDans son rapport, l’Unicef France regrette que les enfants soient de plus en plus traités comme des adultes en matière de justice. Alors que le gouvernement avait promis l’abandon des tribunaux correctionnels pour mineurs, ceux-ci sont toujours en place à l’heure actuelle. Ainsi, l’institution demande “qu’un seuil de responsabilité pénale soit fixé, à l’âge le plus élevé possible et sans exception“.Des enfants pas assez protégés“La protection de l’enfance est une véritable mission régalienne qui peine encore à être garantie aujourd’hui à tous les enfants en France“, regrette l’Unicef France dans son rapport. Chaque année, 120 000 filles et 22 000 garçons seraient victimes de

viols ou tentatives de viols. Parmi les enfants accueillis par les services d’aide à l’enfance, 80 % le sont pour des raisons de pauvreté et 20 % pour de la

maltraitance.

L’adolescence, une période de grande détressePériode généralement difficile dans la vie d’un individu, l’adolescence fait naitre des angoisses et des comportements à risque. Sur les 11 232 enfants et adolescents interrogés lors de la Consultation nationale des 6-18 ans menée par l’Unicef France en 2014, 28 % ont avoué avoir déjà pensé au

suicide, tandis que 11 % d’entre eux ont déjà tenté de se suicider. Friands de nouvelles expériences, les plus de 15 ans sont plus de 41 % à déclarer consommer de l’

alcool et avoir déjà été en état d’ivresse et près de 32 % d’entre eux avouent consommer de la drogue ou fumer du

cannabis.“Notre rapport est un cri d’alarme“
Parmi ses 36 recommandations sur les différents thèmes abordés dans son rapport, l’Unicef France insiste sur la nécessité de définir une politique nationale de lutte contre la pauvreté ciblée sur les enfants et de réduire les inégalités persistantes à l’école afin de leur garantir un meilleur avenir. A travers le rapport “Chaque enfant compte. Partout, tout le temps“, l’Unicef demande au gouvernement français “d’être à la hauteur de ses enjeux et de ses ambitions“.
Notre rapport est un cri d’alarme qui doit pousser les autorités françaises à agir d’urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant“, prévient Michèle Barzach, présidente de l’Unicef France.Michèle Barzach remettra ce rapport aujourd’hui à 17h, à Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale.Annabelle IglesiasSource : “Chaque enfant compte. Partout, tout le temps“, rapport alternatif de l’Unicef France et de ses partenaires dans le cadre de l’audition de la France par le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies (

disponible en ligne).Click Here: Maori All Blacks Store