Des collégiens chatteurs, couche-tard et optimistes

Une étude des comportements et environnement santé menée par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) et le rectorat de Paris a été réalisée dans 30 collèges parisiens auprès de 8 000 élèves de la 6ème à la 3ème. Elle montre que les jeunes Parisiens ont tendance à se coucher tard, à passer beaucoup de temps derrière un écran et, pour une minorité d’entre eux, présentent des comportements addictifs. Cependant, une majorité des élèves voit sa vie de manière positive.L’enquête Diese (Dispositif informationnel sur les environnements de santé des élèves) s’est donc penchée sur 13 aspects du quotidien de 20 % des collégiens parisiens, interrogés entre 2007 et 2008.

Les résultats de cette étude montrent notamment une alimentation rarement conforme aux recommandations, avec un petit déjeuner pris uniquement par 60 % des collégiens en 3ème (80 % en 6ème). De plus, ils ne sont qu’1 sur 7 à consommer 5 fruits et légumes par jour à la fin du collège. Cette alimentation a priori déséquilibrée est de plus couplée à une activité physique insuffisante pour leur âge, puisque seules 20 % des filles (et près de 50 % des garçons) font plus de 3 heures de sport par semaine. Les adolescents ont également tendance à se coucher trop tard (80 % après 22 heures en semaine en 3ème, 25 % des filles et 31 % des garçons de 3ème disent même se coucher après minuit… ), ce qui peut notamment s’expliquer par leur usage de plus en plus intensif d’internet : 7 jeunes sur 10 chattent (utilisation d’une messagerie instantanée), 79 % des filles consultent ou écrivent des blogs (48 % des garçons), 62 % des garçons jouent en ligne (30 % des filles seulement). Ils sont tout de même plus de 50 % a surfer également pour s’informer, dont une partie sur Doctissimo bien sûr…En ce qui concerne les addictions, près d’1 adolescent sur 3 déclare boire de l’alcool en 3ème (moins de 10 % en 6ème…) et les filles dépassent les garçons… Quant au tabac, son usage augmente progressivement au collège, en particulier chez les filles (17 % en 3ème, contre 11 % pour les garçons). Le cannabis est également consommé par 1 jeune parisien sur 8 en 3ème.L’ennui des adolescents au collège a aussi été abordé par Diese, il concerne 1 élève sur 2 en 3ème. Cependant, 74 % des filles et 77 % des garçons jugent que leur vie est positive, ce qui est encourageant !Ce “diagnostic santé“, sur lequel nous reviendrons bientôt plus en détails, est facilement reproductible dans le temps et dans d’autres régions. Il va servir de référence au Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté pour fixer des objectifs ciblés localement à ses programmes de prévention et d’éducation. Par exemple, la consommation de drogues et d’alcool est plus présente dans l’Ouest parisien, plus riche, et pourra donc faire l’objet d’action de prévention spécifiques.Par ailleurs, le point le plus important de cette enquête ne nous paraît pas être cette tendance à l’addiction ni à l’usage important d’Internet (tendances cohérentes avec celles de la population française adulte), mais plutôt le jugement positif sur leur vie porté par 3 jeunes sur 4, ce qui, en ces temps de crise, est plutôt rafraîchissant…Source : Dispositif informationnel sur les environnements de santé des élèves – CPAM et Rectorat de Paris – décembre 2008© J. BOORMAN (RF)-PIXLAND / JupiterimagesClick Here: Golf special