8.100 décès en excès depuis mi-décembre, en grande partie liés à la grippe

Environ 8.100 décès en excès, toutes causes confondues, ont été observés depuis le début de l’épidémie de grippe vers la mi-décembre jusqu’au 8 janvier. Une grande partie serait lié à l’épidémie de grippe, qui n’a toujours pas atteint son pic.

La grande majorité de ces décès concerne les "plus de 85 ans".

Sommaire

  1. Grippe : une épidémie sévère chez les personnes âgées
  2. Le pic de l’épidémie n’est toujours pas atteint

Grippe : une épidémie sévère chez les personnes âgéesLa grande majorité de ces décès concerne les “plus de 85 ans”, a indiqué lors d’une conférence de presse François Bourdillon, directeur général de l’agence Santé publique France. Au niveau national, la surmortalité (nombre de décès observés par rapport au nombre de décès attendus) a atteint, tous âges confondus, +20% lors de la dernière semaine de décembre et +28% lors de la première semaine de janvier, selon le bulletin hebdomadaire sur la grippe de l’agence sanitaire.Dans le

Bulletin hebdomadaire Grippe du même jour, il est précisé que “la hausse concerne quasi exclusivement les personnes âgées de 65 ans ou plus” et que “La part de la mortalité due à la grippe ne peut pas être estimée actuellement“.Chez les 65 ans et plus, le Bulletin rapporte une diminution des passages aux urgences et des hospitalisations, ainsi qu’une diminution du nombre d’admissions en réanimation pour grippe. Depuis le début de l’épidémie, la part des hospitalisations après passages aux urgences pour grippe est de 15%. Cette proportion est très élevée et reflète la part importante des personnes de 65 ans et plus qui sont hospitalisées (53%).Enfin, le nombre de foyers d’infections respiratoires aigües est particulièrement élevé en Ehpad. Contrairement aux taux de vaccination des personnels : la couverture vaccinale des résidents est de 84% et celle du personnel reste faible à 21%.Le pic de l’épidémie n’est toujours pas atteintFace à la persistance du recours aux soins en médecine ambulatoire, les experts jugent que le pic national n’est pas atteint. Toutefois, une stabilisation de l’épidémie est noté dans de nombreuses régions et même une diminution en Auvergne-Rhône-Alpes confirmée pour la 2e semaine consécutive. On constate aussi une tendance à la baisse de l’activité en Normandie.La couverture vaccinale des personnes à risque (sujets de tous âges atteints de certaines pathologies chroniques et personnes âgées de 65 ans et plus) est estimée à 46%au 31 décembre 2016 (avec des données provisoires), versus 47% au 31 décembre 2015.